Historique

Les antécédents

L'histoire d'Umicore remonte à plus de 200 ans. Tout a commencé avec le regroupement de plusieurs entreprises minières et de fonderies, qui sont progressivement devenues l'acteur de la technologie des matériaux et du recyclage qu'Umicore est aujourd'hui.

Le point de départ

1805 

Le 17 décembre 1805, Napoléon Bonaparte accorde à Jean Dony la concession de la mine Vieille-Montagne à Moresnet, à la frontière de la Belgique et l'Allemagne actuelles.

1837

Ce geste marque les débuts de ce qui est deviendra en 1837 la Société anonyme des Mines et Fonderies de Zinc de la Vieille-Montagne, le plus ancien prédécesseur de l'entreprise qui est devenue Umicore.

Au-delà des frontières

1906 

L'histoire d'une autre branche d'Umicore, Union Minière, débute en 1906. L'Union Minière du Haut Katanga (UMHK), comme on l'appelait à l'époque, extrait du cuivre et d'autres métaux au Congo.

1968

Après la nationalisation des actifs de la société par l'État zaïrois en 1968, UMHK s'emploie à déployer de nouvelles activités minières et de raffinage, devenant au passage un sous-holding de la Société Générale de Belgique.

Les pièces du puzzle

1989

En 1989, la fusion d'Union Minière et de ses filiales (Metallurgie Hoboken-Overpelt, Vieille-Montagne et Mechim) transforme Union Minière en un groupe industriel intégré.

1990 

Tout au long des années 1990, Union Minière tend à se profiler comme un acteur des matériaux spéciaux. Ayant cédé le reste de ses mines et d'autres actifs non-stratégiques, l'entreprise met désormais l'accent sur les métaux précieux, les produits zincifères à haute valeur ajoutée et les matériaux avancés.

2001 

En 2001, pour symboliser cette distanciation par rapport à l'exploitation minière et aux produits et métaux de base, le Groupe change de nom et devient Umicore. Les deux premières lettres du nom sont les initiales d'Union Minière, allusion au passé du Groupe.

Une décennie déterminante

2003

L'acquisition de PMG en 2003 apporte une nouvelle dimension à la société, dont une présence notable dans le secteur des catalyseurs automobiles. PMG était en réalité l'ancienne division ‘métaux précieux’ du groupe allemand Degussa, la même société qui, en 1887, était l'actionnaire fondateur de l'usine Umicore à Hoboken.

2005

En 2005, Umicore scinde son activité Cuivre en une société distincte appelée Cumerio ; deux ans plus tard, elle rapproche ses activités de raffinage et d'alliage du zinc avec celles de Zinifex, pour former une nouvelle société baptisée Nyrstar.

2007

À l’issue d'un processus de transformation en dix ans, Umicore décide de se concentrer sur les technologies propres, en ce compris le développement de nouveaux catalyseurs automobiles, des matériaux pour batteries rechargeables de nouvelle génération, des catalyseurs pour piles à combustible et membranes et des processus de recyclage. Umicore étend également sa présence géographique, principalement en Asie. 

2010

Afin de relever les défis posés par les principales grandes tendances, Umicore définit une nouvelle stratégie combinant technologie et une feuille de route commerciale pour les cinq années à venir, le tout agrémenté d'une approche de développement durable entièrement intégrée et d’objectifs. Umicore entre également dans une nouvelle phase du développement d'une nouvelle usine de batteries rechargeables en Belgique.

Un nouvel Horizon 

2015

Créant les fondements de nouveaux produits et processus, Umicore établit des nouvelles usines, incluant des nouveaux centres R&D et son premier siège commercial en Asie, dans le cadre d'un programme plus vaste visant des applications en rapport avec l’énergie. Horizon 2020 devient le nouveau plan stratégique, dont le but est de faire d’Umicore un leader incontesté dans le domaine des matériaux de mobilité propre et du recyclage. 

2017

Le réajustement du portefeuille d’activités d’Umicore, afin de simplifier et d’affûter son accent sur la croissance, implique des cessions ainsi que des nouvelles acquisitions, dont la vente de deux business units historiques axées sur le zinc, Technical Materials et une partie de l’activité Thin Film Products. Les nouvelles acquisitions incluent des catalyseurs stationnaires et une deuxième raffinerie de cobalt à Kokkola, en Finlande. Le portefeuille optimisé a induit une diminution du nombre de business units de quinze à neuf. Dans le cadre de son objectif de faire de la durabilité un avantage concurrentiel, Umicore a obtenu d'un tiers une garantie pour son cadre d’approvisionnement durable en cobalt. 

Aujourd'hui

Les trois grandes tendances identifiées comme moteurs d’activité pour Umicore, à savoir la raréfaction des ressources, l’air pur et l’électrification de l’automobile, sont plus prononcées que jamais. Nous sommes parvenus à devenir un leader incontesté dans le domaine des matériaux de mobilité propre et du recyclage.

Le Groupe a réalisé en 2019 un chiffre d'affaires de 3,4 milliards € (revenus de 17,5 milliards € hors métaux) et emploie actuellement quelque 11 152 personnes.